LA RECONSTRUCTION EN HAUTE VALLEE DE LA SOMME : LES CITÉS OUVRIÈRES ET LES CITES-JARDINS

Note moyenne des internautes 2 étoiles (5 vote(s)) 5 étoile(s) (0 vote(s)) 4 étoile(s) (2 vote(s)) 3 étoile(s) (0 vote(s)) 2 étoile(s) (0 vote(s)) 1 étoile(s) (1 vote(s)) 0 étoile(s) (2 vote(s))

Destination : Haute vallée de la Somme

A l’issue de la Guerre, les lieux de travail sont détruits, et avec eux, tout espoir d’un renouveau économique dans le secteur. Les Picards vont donc faire de la reconstruction des usines et des industries une de leurs priorités. Cette reconstruction va s’accompagner d’une volonté de resserrer les liens entre les habitants et de changer l’image des industries sombres et tristes. L’Est de la Somme verra donc la création de nombreuses « cités ouvrières » et de « cités jardins », des modèles utopiques – mais fonctionnels – d’idéal social, où le lieu de travail devient aussi un lieu de vie pour travailleurs et patrons. Dans un même ensemble, les bâtiments de travail se mêlent aux habitations ouvrières. Les architectures y sont volontairement gaies et colorées, misant sur la lumière et la verdure. L’intérieur des maisons ouvrières est tout particulièrement moderne pour l’époque.

La Sucrerie d’Eppeville représente un des plus beaux exemples d’établissement industriel accompagné par une cité ouvrière. Son propriétaire charge l’architecte Georges Lisch de sa réalisation. Quoique parisien, Lisch est un adepte de l’architecture régionaliste. Ainsi sa démarche est respectueuse de l’architecture picarde, qu’il interprète dans une vision moderne. Tous les édifices de l’ensemble portent ce cachet : le bâtiment de la direction, la cantine-restaurant, l’habitation du directeur, les maisons de la cité et, plus particulièrement, l’usine avec sa forme épurée. Lisch s’inspire non seulement de l’architecture locale, mais également des réalisations anglo-saxonnes des cités-jardins. Il imagine la Cité Germaine comme un quartier verdoyant, dans lequel il place 26 maisons jumelles, disposant chacune d’un petit jardin. Le lotissement, desservi par quatre rues, est doté aussi d’un terrain de sport. Partout, la brique rouge – matériau incontournable en Picardie – est mariée à la brique blanche et aux décors de céramiques vernissées.

Vous avez aimé ce séjour ? (0) 1 étoile(s) 2 étoile(s) 3 étoile(s) 4 étoile(s) 5 étoile(s)
Valider mon choix

...

Télécharger la fiche week-end ( Format PDF - 684ko )

Détails de l’offre, visites, hébergements et restaurants à proximité, conseils et plans de situation


Envoyer à un ami

Ajouter à mon carnet de voyage

Laissez un avis et partagez vos coups de coeur sur www.espritdepicardie.com

Comité Régional du Tourisme de Picardie, 3 rue Vincent Auriol, 80011 AMIENS Cedex 1
Téléphone : (00 33 3) 22 22 33 66 - Télécopie : (00 33 3) 22 22 33 67 - contact@picardietourisme.com
Site internet : www.picardietourisme.com

Découvrez la Picardie !
Tous les bons plans des internautes pour vos week-ends en Picadie sur espritdepicardie.com cliquez ici
Habitants et visiteurs témoignent sur Esprit de Picardie